mardi, février 27 2024

Après avoir entamé y a quelques jours une nouvelle aventure politique avec son nouveau parti, le PPA-CI, Gbagbo Laurent, guette la présidentielle 2025. Seul obstacle qui pourrait l’en empêcher, le projet de limitation de l’âge des candidatures à la présidentielle à 75 ans. Mais l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, âgé de 76 ans, trouve en cette proposition, une démarche vile et inutile.

En Côte d’Ivoire, la limitation d’âge des candidats à la présidentielle a été effective dans la constitution de 2000. Mais ce verrou a été sauté plus tard, lors de la dernière réforme constitutionnelle. La nouvelle proposition de limitation, si elle est adoptée, permettra d’écarter d’office les ténors de la politique ivoirienne, que sont Gbagbo, Ouattara et Bédié. Ce qui laissera place à une nouvelle génération de politiques. Et c’est ce qu’espère tant le peuple ivoirien.

Une présence politique continue de Gbagbo

Pour ce qui est de son engagement ferme en politique, Laurent Gbagbo ne veut en aucun cas en être exclu par ce projet de limitation d’âge. « Je suis contre », a clairement laissé entendre l’ancien président ivoirien. « Joe Biden est plus vieux que moi », a-t-il cité en exemple. Par conséquent, il n’exclut d’ailleurs pas la possibilité de se représenter à la présidentielle prévue en 2025.

Alors, si de toute évidence, le projet de limitation d’âge parait comme stratagème pour l’écarter ou anéantir dans l’œuf son intention de se présenter aux prochaines échéances électorales, Gbagbo semble prendre le dessus. « Je trouve que c’est ringard. Dans un pays civilisé, où on est bien élevé, on n’élimine pas les candidats par leur âge », a exprimé Gbagbo.

Lire aussi:  CÔTE D’IVOIRE: LE PPA-CI DE LAURENT GBAGBO N’EST PAS UNE « COPIE COLLÉE » DU FPI

Une imitation pure des occidentaux

Par ailleurs, l’ex-président Gbagbo estime que la limitation d’âge des candidats lors des prochaines présidentielles en Côte d’Ivoire est un faux problème. L’imbroglio se trouve surtout dans le mépris des textes qui doivent en principes servir de boussole aux dirigeants en tout temps. Malheureusement c’est le contraire qui fait office de bonne pratique en Afrique.

« Je pense que le problème en Afrique, on ne respecte pas les textes qu’on écrit. On a l’impression qu’on écrit les textes pour imiter les occidentaux. Sinon pour agir, on agit comme on veut », a déploré le Gbagbo Laurent. Et de poursuivre « quand on écrit quelque chose, quand on écrit une constitution, quand on écrit une loi, il faut la respecter ».

Quoi qu’il en soit, Laurent Gbagbo ne compte pas se désengager de sitôt de la politique. Il compte bien batailler jusqu’à son dernier souffle, ceci d’une manière ou une autre. « Faire la politique, ce n’est pas être président du PPA. Je fais la politique en étant à la tête du parti mais je peux faire de la politique sans être à la tête du parti », a-t-il essayé de faire comprendre.

Lire aussi: RENCONTRE GBAGBO-OUATTARA: LES DÉS DE LA RÉCONCILIATION NATIONALE VÉRITABLE SONT-ILS ENFIN JETÉS ?

 

El Professor

Previous

Afrique de l'ouest: Lomé s'impose capitale diplomatique de Recep Tayyip Erdoğan

Next

Santé: les centres hospitaliers publics, des mouroirs par excellence en Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]