samedi, mars 2 2024

Honoré Sayi fait l’objet ces derniers jours de vives critiques au sein de son parti l’UPADS (Union Panafricaine pour la Démocratie Sociale). La polémique autour d’Honoré Sayi tire sa source de son entrée au sein du nouveau gouvernement. Il a été récemment nommé ministre de l’Énergie et de l’Hydraulique. Une proposition qu’il aurait acceptée sans aval de ses confrères de l’UPADS.

Avant sa nomination Honoré Sayi était jusque-là président du groupe parlementaire de l’UPADS alliés à la chambre basse du Parlement. Il est par ailleurs membre de la Commission économie et finances de l’Assemblée nationale.

Une décision d’Honoré Sayi incomprise

Pour plusieurs de ses acolytes au sein de l’UPADS, la décision d’Honoré Sayi d’entrer au gouvernement du Congo-B est difficile à comprendre. Ceci du fait que son parti n’a pas été consulté ni informé par la proposition. Le premier secrétaire de l’UPADS, Pascal Tsaty Mabiala aussi a été privé de cette information.

Surpris par cette nomination annoncée par les médias, il n’a pas caché son mécontentement face à la tournure des évènements. « Sans accord entre les deux parties, ça gêne beaucoup. Pascal Tsaty Mabiala, notre premier secrétaire qui est surpris, c’est qu’il y a un problème », a fait savoir Guillaume Foutou l’un des cadres du parti. Et de poursuivre « ça fâche un peu les militants, et y compris moi ».

Servir le pays

Avant d’être écouté par le secrétariat national de l’UPADS, Honoré Sayi se défend en prétendant que sa décision n’a pour but que de servir le pays. « Je ne peux pas vous dire si j’ai été consulté ou non, mais je vais servir la République », avait-il assuré. Toutefois, il reconnaît un vice de forme dans le processus de sa désignation.

« Quand un gouvernement est formé, il y a des consultations, ces consultations se font personnellement. Le ministre Sayi a probablement été consulté, il a accepté. Voilà la réalité », a déclaré Thierry Moungalla, le porte-parole du gouvernement. « Tout le reste ne sont que des interprétations et des supputations qui, à mon avis, ne sont pas d’actualité », a-t-il poursuivi.

Previous

Communication: Sigma Corporation au Top des meilleures agences marketing au Togo (www.sortlist.com)

Next

Rencontre entre Félix Tshisekedi et Kristalina Ivanova Gueorguieva à Paris ce lundi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]