mardi, février 27 2024

Les élections législatives au Burkina Faso se sont soldées par le triomphe du parti du président Roch Marc Christian Kaboré (MPP). Ce succès intervient après sa large victoire à l’élection présidentielle. Les résultats provisoires de ces élections législatives au Burkina Faso ont été proclamés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) dans la nuit du samedi au dimanche 29 novembre.

Les élections législatives au Burkina Faso ont eu lieu le dimanche 22 novembre en même temps que le scrutin présidentiel. Il était question pour les Burkinabè de renouveler les 127 membres de l’Assemblée nationale du Burkina Faso. Pour ces législatives, 2 987 478 Burkinabè ont voté, soit un taux de participation de 50,70%. En effet, 126 partis politiques étaient en lice, mais seuls 15 d’entre eux ont pu obtenir des sièges.

Une victoire de plus aux élections législatives au Burkina Faso

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), lors de ces elections legislatives au Burkina Faso, s’est illustré avec brio. Il a largement pris le devant sur ses adversaires en obtenant 56 sièges. Ce qui atteste, d’ores et déjà, la future domination du président réélu Roch Marc Christian Kaboré.

L’Union pour le progrès et le changement (UPC), le parti de Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition a quant à lui connu une régression. Il se contente juste de 12 députés et fini donc quatrième. Le Nouveau Temps pour la Démocratie (NTD), le parti de Vincent Dabilgou lui a volé la vedette et a créé la surprise en remportant 13 sièges.

Le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) d’Eddie Komboigo a, par contre, connu une nette progression. Il rafle 20 sièges, soit deux sièges de plus comparativement au scrutin de 2015. Le CDP devient, par voie de conséquence, la deuxième force politique du Faso. Comme quoi après la pluie arrive le beau temps.

Une alliance s’impose pour régner

Pour asseoir véritablement son règne, le président Roch Marc Christian Kaboré va devoir s’allier à d’autres partis pour détenir la majorité au Parlement. Car malgré son éclatante victoire, le MPP n’a pas la majorité absolue. Celle-ci est fixée à 64 sièges.

Le MPP peut compter désormais sur les 13 voix du NDT. Ainsi, le parti orange pourrait totaliser 69 sièges. A cela pourrait également s’ajouter les 5 sièges de l’Union pour la Renaissance. Ce qui porterait à 74 les sièges détenus par le camp présidentiel. Cela signifie que la majorité parlementaire sera facile à trouver pour le MPP.

Par conséquent, Roch Marc Christian Kaboré pourrait donc gouverner sans crainte d’un quelconque blocage venant du Parlement. Il aura les coudées franches. Quoi qu’il en soit les Burkinabè sont dans l’expectative. Les nombreux maux ou défis auxquels sont confrontés le pays doivent trouver solutions.

Lire aussi : BURKINA FASO : DE LOURDES CHARGES SUR LES ÉPAULES DU PRÉSIDENT RÉÉLU ROCH MARC CHRISTIAN KABORÉ

Previous

Soudan : Sadeq al-Mahdi a rendu l’âme

Next

Congo-Brazza/Covid-19 : prolongation de l’état d’urgence sanitaire, les restaurateurs sont à l’agonie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]

Mouvement de grève en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l'injustice

Mobilisation en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l’oppression et l’injustice

Rédaction

En Guinée, un mouvement de protestation d’envergure nationale a été déclenché par les 13 centrales syndicales du pays. Ces dernières appellent à une grève générale et illimitée à partir du lundi 26 février. Cette mobilisation vise à dénoncer la flambée des prix des denrées de première nécessité et à exiger la levée de la censure […]

KOUDOUGOU : LA SOUVERAINETE DES RESSOURCES NATURELLES AU CŒUR DES ATELIERS SANKARISTES

KOUDOUGOU : LA SOUVERAINETE DES RESSOURCES NATURELLES AU CŒUR DU PREMIER ATELIER SANKARISTE

Rédaction

La « cité du cavalier rouge » a abrité le samedi 24 février 2024, le premier des Ateliers Sankaristes. Il a rassemblé les acteurs de la société civile, les journalistes, la jeunesse composée en majorité des étudiants de l’Université Norbert ZONGO de Koudougou. Le discours d’ouverture de l’étape 1 des Ateliers Sankaristes a été prononcé […]