jeudi, février 29 2024

Dans quelle circonstance est survenu le décès de Idriss Déby Itno, président de la république du Tchad ? La question reste encore posée dans l’esprit des populations qui continuent de s’interroger sur la véritable cause de ce décès. Mais jusqu’à présent les informations se contredisent.

Il s’agit, entre autres, de la version officielle annoncée à la télévision tchadienne par le porte-parole de l’armée et certaines rumeurs qui s’opposent. Alors, il est difficile pour les populations de savoir à quelle information véritable se fier.

Une version officielle sur le décès de Idriss Déby Itno

Selon le général Azem Bermandoa, porte-parole de l’armée tchadienne, le président tchadien Idriss Déby Itno aurait été touché sur le champ de bataille et a succombé plus tard à ses blessures. Comme à son habitude, il participait à l’offensive lancée contre les rebelles du FACT (Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad).

Parlant de blessures, des zones d’ombres subsistent sur la partie exacte où a été touché le maréchal du Tchad. Certains affirment même qu’il s’agisse d’une blessure par balle à la poitrine et aurait endommagé son rein. D’autres parlent d’une blessure à la tête. Ce qui crée une réelle confusion sur les circonstances du décès de Idriss Déby Itno.

D’autres rumeurs sur le décès du président

Selon certaines sources indiscrètes, il était plutôt question d’une fusillade qui aurait éclaté au cours d’une réunion entre Idriss Déby Itno et ses généraux. Malheureusement, il aurait été touché à la hanche avant de rendre l’âme quelques instants plus tard. Mieux encore, cette scène se déroulait en dehors des zones des combats.

D’autres encore soutiennent que le président tchadien aurait été criblé de balles par la garde présidentielle. Comme quoi il aurait reçu 23 balles. Cette divergence et ce flou qui entoure le décès de Idriss Déby Itno renforce le doute dans le cœur des populations. Ces dernières penchent plutôt et avec certitude sur l’hypothèse d’un coup d’Etat bien maquillé par le pouvoir en place.

Previous

CMT : Mahamat Idriss Deby propose un gouvernement de transition au Tchad

Next

[ANALYSE] Opposition togolaise : vers un changement de paradigme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]