mercredi, avril 17 2024

Plus que jamais, les tensions sont vives entre Paris et Bamako. Les autorités maliennes ont cette fois, remis en question le traité de coopération militaire avec la France. Plusieurs raisons sont évoquées quant à cette dénonciation des accords de défense signés avec la France et ses partenaires européens. A ce rythme, une rupture drastique des relations entre les deux Etats est envisageable.

La coopération militaire avec la France a été dénoncée par le gouvernement malien, le lundi 2 mai, à travers un communiqué. La décision a même été notifiée par le ministère malien des Affaires étrangères au chargé d’affaires de l’ambassade de France à Bamako. Soulignons que cette nouvelle prise de position des autorités maliennes intervient quelques semaines après la fermeture d’un important camp de l’armée française à Gossi.

Détérioration profonde de la coopération militaire avec la France

Selon le gouvernement malien, sa décision de dénonciation du traité de défense, relève surtout de la détérioration profonde de la coopération militaire avec la France. C’est-à-dire que plusieurs incidents graves, de même que des atteintes flagrantes à la souveraineté nationale du Mali ont été constatés.

Sont pointés « l’attitude unilatérale du partenaire français qui a décidé les 03 et 07 juin, sans consulter au préalable le Mali, de suspendre les opérations conjointes avec les Forces Armés Maliennes FAMA, et de mettre fin à l’opération Barkhane. En Outre, le 17 Février, la France a annoncé, encore sans aucune consultation de la partie malienne, le retrait des forces Barkhane et Takuba », pouvait-on lire dans le communiqué.

Les autorités militaires dénoncent également le fait que malgré l’instauration d’une zone aérienne d’interdiction temporaire, son espace aérien a subi de multiples violations opérées par des aéronefs militaires français. A cela s’ajoute, une manœuvre dilatoire consistant pour la France, à demander une réunion d’experts pour la relecture du traité de défense, au lieu d’envoyer ses amendements. Par conséquent, la coopération militaire avec la France a le mérite d’être dénoncé.

Lire aussi: MALI : LA JUNTE AU POUVOIR, « OTAGE » DES MERCENAIRES DE LA SOCIÉTÉ RUSSE WAGNER ?

Effet dans six mois

Selon l’information transmise par les autorités maliennes, la dénonciation de la coopération militaire avec la France prendra effet officiellement dans six mois. Par contre l’effet est immédiat pour l’accord des 7 et 8 mars 2013 déterminant le statut du détachement français applicable à la force Barkhane. Il en est de même pour le protocole additionnel des 06 et 10 mars 2020 déterminant le statut des détachements de non français de la force Takuba.

« Les autorités ont rompu les accords de défenses avec la France. En voulant modeler l’espace politique du Mali pour prendre le contrôle du pays, la France et la Cedeao ont fini par le perdre. Le Mali est en train de donner des leçons de souveraineté à toute l’Afrique », a déclaré Amir Nourdine Elbachir.

« Le combat que mène le Mali aujourd’hui contre les blancoïdes français est certes noble, mais nous ne parlerons de souveraineté que quand la France et la Russie ne seront plus de la partie. On ne quitte pas l’assujettissement français pour celui de la Russie et clamer sa souveraineté », interpelle pour sa part Cignaud Landry N’Guessan.

 

El Professor

Previous

Suspension de RFI et France 24 au Mali : France Médias Monde prêt à engager tous les recours possibles

Next

Centrafrique : des paramilitaires russes accusés de graves abus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

À la rencontre des togolais : L'Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

À la rencontre des togolais : L’Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

Investigateur Africain

Dans un contexte de réforme constitutionnelle majeure, l’Assemblée nationale du Togo s’engage dans une tournée nationale d’écoute et de consultation des populations. Cette démarche vise à favoriser un dialogue inclusif et à recueillir les aspirations des citoyens en vue de remodeler l’avenir politique du pays. Au cœur de cette initiative se trouve la volonté d’impliquer […]

révision constitutionnelle : Faure Gnassingbé défend l'inclusion de tous

Inclusion et dialogue : Faure Gnassingbé défend une Constitution pour tous

Investigateur Africain

Dans un geste audacieux et résolument démocratique, le Président de la République du Togo, Faure Gnassingbé a récemment appelé à un élargissement du dialogue autour de la réforme constitutionnelle en cours. Cette initiative marque un tournant dans l’approche politique du pays et suscite un vif intérêt quant à ses implications sur l’avenir démocratique du Togo. […]

La justice libère deux proches de Mohamed Bazoum

Libération inattendue au Niger : Deux proches de Mohamed Bazoum remis en liberté

Investigateur Africain

Au Niger, une décision inattendue de la justice a secoué le pays ce mardi 2 avril. La justice a ordonné la remise en liberté d’Abdourahamane Ben Hamaye, journaliste au sein de la présidence sous Mohamed Bazoum, et de Mohamed Mbarek, cousin de l’épouse de l’ancien président. Ces deux hommes étaient en garde à vue depuis […]