jeudi, avril 18 2024

Principal point de friction avec la Cédéao, les autorités maliennes vont enfin se cantonner à un chronogramme pour ce qui est de la transition. Elles ont choisi de dérouler leur programme sur une durée de 24 mois tel que proposée à l’instance sous régionale. L’information a été lâchée par le Premier ministre, lors de son intervention devant les membres du Conseil national de la transition.

Apparemment les lignes sont en train de bouger pour une transition réussie. Rappelons qu’à la suite des assises nationales de la refondation organisées du 11 au 30 décembre dernier, les militaires avaient proposé une transition d’une durée de 6 mois à cinq ans. Mais la Cédéao a réfuté vigoureusement ce chronogramme et a même frappé le Mali de plusieurs sanctions.

Un chronogramme court pour de grands défis

Selon le premier ministre Choguel Maïga, il est impératif de mettre en marche le plan d’action gouvernemental. Ceci afin de répondre au plus vite aux nombreux défis du pays. Et le chronogramme qui s’y prête bien est celui des 24 mois, soit deux ans de transition. Aussi un grand retard est déjà largement accusé dans la mise en œuvre du plan d’action gouvernemental.

« Nous avons perdu trois mois, nous avons décidé de ne plus attendre », a laissé entendre Choguel Maïga. Et de poursuivre « nous allons dérouler le programme sur les 24 mois, dès la semaine prochaine. Vingt-quatre mois, c’est une période incompressible pour implémenter les bases du processus du changement ».

Lire aussi: MALI : LA JUNTE AU POUVOIR, « OTAGE » DES MERCENAIRES DE LA SOCIÉTÉ RUSSE WAGNER ?

Un timing très serré

Face à cette démarche entreprise par les autorités maliennes, pour l’instant, la Cédéao n’a pas réagi. Tout compte fait, les militaires au pouvoir prétendent être toujours en collaboration avec les différents partenaires que sont la Cédéao et l’UEMOA. « La Cédéao et l’UEMOA sont des partenaires avec lesquels nous n’avons pas rompu et les discussions continuent », a-t-il souligné le premier ministre.

Selon les autres indications, de Choguel Maïga, le chronogramme de 24 mois est scindé en trois parties. Les huit premiers mois, seront consacrés à rendre l’organe unique opérationnelle si sa loi est votée. La seconde sera consacrée à la mise en place du matériel électoral, à la formation des agents électoraux et à l’audit du fichier actualisé. La dernière sera dédiée aux élections tant attendues.

 

El Professor

Previous

Biens mal acquis au Gabon: les enfants d’Omar Bongo inquiétés

Next

Réélection de Macron : des relations plus justes avec l’Afrique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

À la rencontre des togolais : L'Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

À la rencontre des togolais : L’Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

Investigateur Africain

Dans un contexte de réforme constitutionnelle majeure, l’Assemblée nationale du Togo s’engage dans une tournée nationale d’écoute et de consultation des populations. Cette démarche vise à favoriser un dialogue inclusif et à recueillir les aspirations des citoyens en vue de remodeler l’avenir politique du pays. Au cœur de cette initiative se trouve la volonté d’impliquer […]

révision constitutionnelle : Faure Gnassingbé défend l'inclusion de tous

Inclusion et dialogue : Faure Gnassingbé défend une Constitution pour tous

Investigateur Africain

Dans un geste audacieux et résolument démocratique, le Président de la République du Togo, Faure Gnassingbé a récemment appelé à un élargissement du dialogue autour de la réforme constitutionnelle en cours. Cette initiative marque un tournant dans l’approche politique du pays et suscite un vif intérêt quant à ses implications sur l’avenir démocratique du Togo. […]

La justice libère deux proches de Mohamed Bazoum

Libération inattendue au Niger : Deux proches de Mohamed Bazoum remis en liberté

Investigateur Africain

Au Niger, une décision inattendue de la justice a secoué le pays ce mardi 2 avril. La justice a ordonné la remise en liberté d’Abdourahamane Ben Hamaye, journaliste au sein de la présidence sous Mohamed Bazoum, et de Mohamed Mbarek, cousin de l’épouse de l’ancien président. Ces deux hommes étaient en garde à vue depuis […]