mercredi, février 28 2024

le KWA NA KWA, parti de François Bozizé crie « persécution ». Ainsi à la suite de l’assassinat ce week-end d’un de ses cadres, le KNK, son parti est sorti de son silence. Il estime être victime de persécution de la part des autorités centrafricaines. Il dénonce également la mise sens dessus-dessous de son siège.

Pour rappel, l’ancien président centrafricain François Bozizé avait fait savoir à la veille du vote du dimanche 27 décembre 2020 qu’il soutenait la rébellion. Ceci par le biais d’un message vocal diffusé sur les réseaux sociaux. Il avait par ailleurs exhorté les populations à ne pas se rendre aux urnes. On lui rattache également les différentes perturbations ayant eu lieu à quelques jours des élections en Centrafrique.

Des accusations à tort contre le parti de François Bozizé

Selon Christian Guenebem, le porte-parole du parti de François Bozizé s accusations portées contre ne sont point fondées. Pour lui, il ne s’agit que d’actes de persécution à son égard. Et il faudrait faire la part des choses en certains points.
« Le fait que le président Bozizé ait déclaré soutenir cette coalition de groupes armés, ne veut pas dire qu’il la dirige, mais ne veut pas dire non plus que ce soutien est celui du KNK », avait-il précisé.

Pour le porte-parole du KNK, François Bozizé s’est exprimé en son nom, il n’a pas engagé sa formation politique. Alors il est très déçu des accusations qui sont formulées par le président de la République Faustin Archange Touadera, le chef du gouvernement et par le représentant spécial de la Minusca.

Centrafrique  le parti de François Bozizé KWA NA KWA, crie « persécution »

Une perte de crédibilité

S’agissant de la dépouille du cadre du KNK, retrouvé derrière le domicile de l’ancien ministre Sylvain Doutingaye, les autorités centrafricaines n’ont pas du tout réagi. « La persécution aujourd’hui que nous vivons, nous n’avons entendu personne s’exprimer à ce sujet ni condamner l’assassinat de notre cadre, c’est dommageable », a déploré Christian Guenebem.

Pour le parti de François Bozizé, il est clair et évident que la Minusca, par le biais de son représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, Mankeur Ndiaye ait pris parti dans cette crise en Centrafrique. Par conséquent cette position affichée décrédibiliserait considérablement la mission des Nations unies dans le pays.

Lire aussi : CENTRAFRIQUE/ELECTIONS : UN LENDEMAIN DE SCRUTIN PARTAGÉ

Previous

Mohammed Bazoum au 2 ème tour de la présidentielle au Niger, il se face à Mahamane Ousmane

Next

11 morts dans les affrontements au Tchad entre éleveurs et agriculteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]