mercredi, février 28 2024

C’est désormais officiel, le président Alassane Dramane Ouattara est candidat aux élections présidentielles du 31 octobre prochain.

Comme promis la semaine passée à l’issue du conseil politique du RHDP, la candidature de Alassane Ouattara est actée. l’annonce a été faite lors de son discours à la nation, à l’occasion de la commémoration des 60 ans d’indépendance. Le président  Alassane Dramane Ouattara vient répondre à l’appel pressant à lui lancé par les cadres de son parti.

Candidature de Alassane Ouattara, une réponse favorable à l’appel

On se rappelle que suite au décès du Premier ministre Gon Coulibaly et à l’appel des cadres du RHDP, le président ADO avait demandé une période de réflexion. Toutefois, il déclarait que : « je ne vous décevrai pas ».

Il s’est, à cet effet, prononcé. Lors de la traditionnelle allocution télévisée à la veille de la fête nationale, le Président ADO a accepté, hier jeudi, de se représenter au scrutin présidentiel. En termes clairs, il déclare ceci : « j’ai accepté de revoir ma position…Face à ce cas de force majeur et par devoir citoyen, je suis donc candidat ».

« Cette décision mûrement réfléchie est un devoir que j’accepte dans l’intérêt supérieur de la nation », poursuit-il

A en croire les confrères du RFI, cette candidature de Alassane Ouattara a été bien accueillie par les militants du RHDP qui ont manifesté leur joie à travers des gestes tels que des embrassades, des marches. Si cette annonce a été favorablement accueillie au RHDP, elle relance le débat de la légalité de ce 3ème mandat.

L’opposition dénonce une violation constitutionnelle

Pour les adversaires politiques du président ADO, un troisième mandat du président actuel constitue une violation de la nouvelle constitution ivoirienne. Cette constitution limite le mandat à deux. Sur cette base, le président ADO, n’a plus le droit de se représenter, argumentent les opposants.

A cela s’ajoute la promesse faite par ADO à la nation de ne plus se représenter. « J’avais fait part, le 5 mars dernier, à toute la nation de ma volonté de ne pas faire acte de candidature et de passer la main à une nouvelle génération » a-t-il lancé.

Pour les partisans du président ADO, les arguments de l’opposition ne tiennent pas debout. Il ne s’agit pas d’une violation de la constitution. La nouvelle constitution marque le début d’une nouvelle République. Et du coup, ADO peut se présenter. Il s’agit d’ailleurs de son premier mandat. Ils évoquent, de ce fait, le principe de la non rétroactivité d’une nouvelle constitution.

Avec cette candidature de Alassane Ouattara, la voie est ouverte à un nouveau mandat. Puisque ADO a toutes les chances de remporter la victoire au premier tour, malgré quelques départs dans ses rangs. L’opposition a peur.

.

Previous

Covid 19 au Togo : des réductions de 25 et 50% de taxes pour les PME/PMI

Next

troisième mandat de Alpha Condé: un opposant historique devenu « ennemi » public en Guinée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]