mercredi, février 28 2024

Après trois jours de travaux, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Afrique de l’Ouest et du Sahel, Ibn Chambas a donné ses impressions sur le processus électoral en cours au Bénin. Au vue des divergences observées entre la majorité au pouvoir et l’opposition, le diplomate de l’ONU exhorte les acteurs impliqués à dialoguer.

Durant son séjour à Cotonou, Ibn Chambas a eu à rencontrer les différents acteurs du processus. Il s’agit entres autres de la société civile, la commission électorale, la Cour constitutionnelle, l’opposition, la majorité et autres. Il a même été reçu par le président béninois Patrice Talon en compagnie de son ministre des affaires étrangères.

Ibn Chambas prône les concertations

Selon, Ibn Chambas, la mission d’information a permis de révéler que les différentes parties concernées par ce processus électoral ont du mal à s’entendre. Les divergences entres eux se font persistantes. « Nous constatons à 60 jours des élections des divergences entre les acteurs politiques sur les modalités de participation », affirmé le diplomate onusien.

Alors il serait judicieux qu’une issue soit trouvée à ces différends latents. Et quoi de mieux que le dialogue pour y arriver. « Afin d’assurer une élection apaisée, pacifique, crédible et inclusive, j’invite toutes les parties prenantes de privilégier les concertations », a indiqué Ibn Chambas.

Un climat de sérénité

Le gouvernement béninois pour sa part, affirme tout mettre en œuvre pour que la présidentielle du 11 avril se déroule dans de meilleures conditions. Il assure que le scrutin sera inclusif.

« La mission des Nations unies a été informée des conditions idoines qui sont en train de se mettre en place pour que nous ayons des élections apaisées, ouvertes qui permettent à nos citoyens de choisir leur dirigeant », a précisé Aurélien Agbenonci le ministre béninois des Affaires étrangères.

Mais cette information a du mal à passer pour les partis d’opposition qui se sentent écartés. Ils dénoncent la nouvelle loi des parrainages qui constitue un véritable blocus.

Lire aussi : BÉNIN/PRÉSIDENTIELLE 2021: OUVERTURE DES DÉPÔTS DE DOSSIERS DE CANDIDATURES

Previous

Covid-19: le parlement ghanéen fermé pour trois semaines

Next

Transition au Mali: Moctar Ouane entre en discussion avec la classe politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]