mardi, juin 18 2024

Plusieurs secteurs d’activités ont été véritablement touchés par la pandémie du coronavirus qui sévit dans le monde depuis plus de six mois. L’aéroportuaire fait partie de ses secteurs qui ont vu leurs activités tournées non seulement au ralenti mais surtout aux arrêts.

Dans le but d’endiguer la pandémie, les Etats ont pris plusieurs mesures restrictives comme les fermetures des lieux de cultes, des bars ainsi que des frontières terrestres et aériennes. D’après un décompte du Centre africain de prévention et de lutte contre les maladies (CDC-Afrique), trente-deux pays africains ont suspendu, entre fin mars et début avril 2020, leurs activités aéroportuaires.

Activités aéroportuaires au ralenti

Le ralentissement des activités et les fermetures des frontières aériennes ont entraîné considérablement une baisse des chiffres d’affaires des compagnies. Selon l’Association des Compagnies Africaines (AFRAA), les revenus ont chuté de 8,103 milliards de dollars en 2020. « 95% de la flotte africaine est clouée au sol depuis l’entrée en vigueur des restrictions de voyage en mars. La capacité a, par ailleurs, baissé de 77,7% en avril puis 90% en mai ». C’est ce qu’a fait constater, l’AFRAA (l’institution de 45 compagnies africaines) le 29 mai dernier dans un webinaire.

Au-delà de la baisse des chiffres d’affaires, il est à relever la situation des entreprises affiliées au secteur notamment les prestataires de services, les agences de voyages ou de ventes de billets sans oublier des emplois qui sont menacés. Déjà, des chômages techniques ont été enregistrés au sein des compagnies victimes.

l’espoir d’une reprise des activités aéroportuaires

Les compagnies aériennes pourront-elles à se remettre de cette situation inquiétante? 70% des activités aériennes pourront reprendre en dernier trimestre 2020, selon une hypothèse émise par Abderahmane Berthé, Secrétaire général de l’AFRAA. Mais, cela dépendra des décisions qui vont être prises par les différents Etats par rapport aux ouvertures des frontières aériennes, a-t-il mentionné.

Fort heureusement, la reprise des activités aéroportuaires sont annoncée pour le 15 juillet prochaine. Elles évolueront à gradation dans le respect des mesures de protection entre autres la distanciation entre les passagers, le port des bavettes et l’utilisation des gels hydrologiques. Reste à savoir si les prix de vols connaitront une hausse ou resteront stables.

Lire aussi: CLIMAT DES AFFAIRES AU TOGO: L’ATTRACTIVITÉ DU GÉANT OUEST AFRICAIN

Previous

Crise au Mali : les raisons des manifestations anti IBK

Next

TOGO : des décisions du ministre BATAKA qui affectent les importateurs des produits avicoles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]